Les différents canaux de vente

Les canaux de vente sont essentiels pour la distribution de vos produits ou de vos services. Pour répondre à la demande client et augmenter son chiffre d’affaires, le multicanal et l’omnicanal sont des stratégies à envisager. La frontière entre le magasin et l’achat en ligne est en effet de plus en plus floue : le consommateur phygital, armé de son smartphone vient effectivement surfer sur le web en point de vente !

Choisir parmi différents canaux de distribution n’est pas une mince affaire : la stratégie marketing d’une entreprise doit prendre en compte les différents canaux de ventes privilégiés par ses clients.

Chaque canal de distribution doit par ailleurs être considéré pour réussir son projet de gestion des informations produits.

Quels sont les canaux de vente à votre disposition ?
Quels sont les différents canaux de distribution ?
Comment choisir le bon canal de distribution ?
Comment exploiter ses canaux de ventes ?
Quelle est l’importance de l’expérience produit ?

👉 Réponses dans cet article !

Comprendre les différents canaux de ventes

Examinons les différents types de distribution et les circuits possibles. Parcourons quelques exemples de canaux de ventes et de canaux de distribution afin d’avoir une première vision d’ensemble.

Les différents circuits de distribution

Selon son activité, une entreprise s’oriente vers des circuits de vente spécifiques pour fournir le produit au consommateur final. Certains circuits commerciaux s’imposent d’ailleurs sur le marché. Examinons quelques exemples de circuit de distribution pour mieux comprendre comment ils s’articulent.

les circuits de distribution

Circuit direct

Il s’agit du circuit traditionnel de vente où les producteurs et fabricants vont distribuer leurs produits directement à leurs clients. Le circuit de livraison est simplifié au maximum : la vente directe se fait sans aucun intermédiaire.

Exemples de canaux de vente en circuit direct :

  • une force de vente B2B visite ses clients, et des prospects identifiés par le service marketing,
  • la distribution commerciale B2C peut se faire via le démarchage physique ou par téléphone,
  • les fermiers et producteurs de légumes, fruits, vins, ou spécialités régionales vendent sur leur lieu de production, sur les marchés, salons et foires,
  • tout fabricant peut utiliser la vente à distance, avec prise de commande par email, téléphone, ou via un site e-commerce propriétaire.

Ce circuit commercial présente deux avantages :

  • Le producteur est en contact direct avec le consommateur. Les feedback des clients sont plus faciles à récolter. Le fabricant est plus réactif dans le traitement des attentes et des besoins de la clientèle. Il peut améliorer ses produits en puisant l’information à la source.
  • Libre de tout intermédiaire, le fabricant peut se permettre de déterminer des prix plus bas, ou d’augmenter sa marge bénéficiaire. Un intermédiaire peut en effet négocier les prix de manière très agressive…

Inconvénients :
Le fabricant gère seul son stock et en est le seul responsable. Il doit anticiper sur les aspects prévision des ventes, saisonnalité, périodes de soldes, surtout si ses produits sont des denrées périssables. Ces éléments influent sur la trésorerie.

 

Circuit court

Un canal de distribution court correspond à un circuit de commercialisation lié à un seul intermédiaire. Un fabricant tient alors un rôle de fournisseur auprès d’un distributeur exclusif et partenaire. Le distributeur est l’intermédiaire qui achète la marchandise en gros pour la revendre au détail aux clients finaux : c’est le détaillant, communément nommé retailer.

Exemples de canaux de vente en circuit court :

  • vente de vins via un restaurant ou un commerçant caviste,
  • vente d’articles de sport, de chaussures ou de vêtements en exclusivité chez une grande enseigne,
  • vente de produits et spécialités via un réseau d’épiceries fines,
  • vente d’outils professionnels via un réseau de vente B2B.

Les retailers B2B et B2C constituent ainsi une grande part des réseaux de distribution.

Les avantages des circuits courts :

  • le fabricant s’appuie sur la force du réseau de distribution de son intermédiaire pour vendre,
  • le détaillant renforce son offre auprès des consommateurs avec des produits de qualité,
  • en utilisant un logiciel de gestion des données produits équipé d’un portail fournisseur, ils installent une relation commerciale pérenne et plus compétitive.

Inconvénients :
Des frais subsistent pour le fabricant qui doit supporter les coûts liés à la logistique, transport, livraison, stockage, etc. La relation doit donc être envisagée comme un véritable partenariat commercial sur le long terme.

 

Circuit long

La distribution de ses produits peut se réaliser via plusieurs intermédiaires. Il s’agit alors d’un circuit long : l’acheminement des produits jusqu’au client final est effectué successivement par les différents intermédiaires.

Exemples de canaux de vente en circuit long :

  • un fournisseur vend en gros à une centrale d‘achat, qui revend elle-même à des détaillants,
  • un fournisseur vend à un grossiste, qui revend lui-même ensuite à des détaillants.

Les hypermarchés et supermarchés constituent un exemple parlant de circuit long : ces distributeurs sont habitués à se fournir auprès des grossistes et centrales d’achat pour les produits de grande consommation dits PGC.

Avantages de ce circuit de distribution :

  • le fabricant ou producteur vend en grande quantité et « délègue » la vente, il réalise certaines économies avec une force commerciale réduite,
  • les centrales d’achat et les grossistes achètent en gros volume pour réduire leurs coûts et revendent en moindre quantité aux retailers,
  • les détaillants se fournissent auprès des centrales et grossistes en fonction de leurs besoins.

Inconvénients :
Nous sommes à l’opposé de la vente directe : le fabricant doit compter sur le distributeur final ou réaliser des études de consommation afin d’obtenir le feedback, le retour des clients finaux sur l’utilisation de ses produits.
Le fabricant peut voir sa marge faiblir considérablement en fonction de la « gourmandise » de chacun des intermédiaires…

 

Les différents canaux de ventes : exemples B2B et B2C

Un canal de vente ne se matérialise pas forcément en point de vente physique.
Quel autre type de canal de distribution s’offre à votre activité ?

Examinons cette liste d’exemples de canaux de vente :

  • La vente par correspondance : la vente à distance, ou VAD, s’est popularisée via les catalogues imprimés d’enseignes connues telles que les 3 Suisses ou La Redoute. L’essor d’internet et la demande client ont poussé ces enseignes à développer leurs canaux de vente en ligne.
  • La vente en ligne : elle se traduit par les sites e-commerce, les marketplaces ou places de marché telles qu’Amazon, la Fnac, l’affiliation, les annonces publicitaires Google Shopping, les campagnes d’e-mailing, les réseaux sociaux tels que Instagram et Pinterest, les chatbots. La vente sur le web connaît une croissance continue grâce à la multiplicité des points de contacts et les nouveaux canaux de distribution qu’elle offre, aussi bien en B2B qu’en B2C.
  • La vente privée ou en réunion : la marque s’appuie sur un réseau d’ambassadeurs partenaires qui font des démonstrations produits (réunion à domicile par exemple), véhiculent les valeurs de la marque et vendent en direct aux clients. La marque de produits de soins naturels Ringana utilise notamment ce canal de vente.
  • La grande distribution : les enseignes dites de grande distribution achètent et revendent des produits de grande consommation aux clients finaux, comme tout ce qui concerne l’alimentaire, les boissons, l’hygiène, et autres produits du quotidien.
  • Les grossistes et centrales d’achat : il s’agit du commerce de gros. Ce canal de vente B2B consiste à acheter en masse et à revendre à différents intermédiaires en réalisant une marge auprès de distributeurs.
  • Le retail ou le commerce de détail : avec ses nombreux magasins physiques sur tout le territoire, l’enseigne JouéClub est par exemple un canal de vente incontournable pour tous les fabricants de jouets et jeux. JouéClub achète les produits pour les revendre aux consommateurs.
  • Le téléphone, ou plutôt le smartphone en 2020 : centres d’appels, démarchage téléphonique, campagne de SMS, notifications push d’applications mobile ou tablettes sont autant de canaux de vente B2C ou B2B à exploiter.
  • Le salon : il peut s’agir d’un salon professionnel ou d’une foire ouverte au grand public. Généralement une thématique rassemble un public précis et intéressé pour venir à la rencontre des acteurs sur un marché. Exemples : le salon de la piscine, le salon du marketing, etc.

 

Exemples de canaux de distribution intermédiaires

Nous l‘avons vu plus haut : les intermédiaires sont présents dans les circuits de distribution courts ou longs.

Voici quelques exemples de différents canaux de distribution intermédiaires :

  • Le commerce indépendant isolé : il est représenté par tous les commerçants qui vendent au détail, comme les petits commerces. Exemples : boucherie, traiteur, boutique de vêtements, etc.
    Chaque point de vente est entièrement libre, autonome et indépendant, d’où sa qualification : isolé.
    Ces points de vente constituent le commerce de proximité, mais peuvent cependant atteindre une grande superficie de vente. Il faut également noter que certains grossistes appartiennent à cette catégorie.
  • Le commerce indépendant organisé : « l’union fait la force », voici comment résumer le fonctionnement de commerces indépendants qui s’unissent sous des formes différentes pour profiter de l’assise et des avantages d’un groupement.
    • Le commerce coopératif ou associé est ainsi constitué de plusieurs commerçants qui décident de suivre la même politique de distribution. Il s’agit d’un groupement d’indépendants.
    • Le commerce franchisé ou franchise, dépend d’un franchiseur, c’est-à-dire d’une entreprise qui monnaye l’utilisation de sa marque et de ses savoir-faire, ou encore de techniques de distribution spécifiques.
    • D’autres formes de distribution indépendantes existent comme l’affiliation, la vente d’une licence de marque, ou encore la rémunération sous forme d’une commission par exemple.
  • Le commerce intégré : un groupe détient de nombreux points de vente et décide de la stratégie de distribution. Le groupe gère ses achats via une centrale d’achat afin de pouvoir revendre à des prix compétitifs. Les enseignes de grande distribution sont des exemples de commerce intégré.

 

Conseils pour choisir ses canaux de distribution

Choisir le bon canal de distribution dépend de plusieurs facteurs. Nous vous livrons ici des conseils utiles qui vous aident à déterminer les meilleurs canaux de vente dans une optique compétitive.

 

Déterminer sa politique de distribution

Pour imaginer une distribution efficace, il est tout d’abord essentiel de bien visualiser sa place dans un circuit de distribution. Une politique de distribution pertinente doit ainsi en découler en examinant les facteurs décrits ci-après.

politique de distribution

Choix des canaux en fonction de ses cibles

L’objectif est d’être là où ses clients se trouvent. Le choix des fabricants ou des producteurs est plus limité que celui des distributeurs. Ces derniers ont en effet tout intérêt à suivre les tendances et préférences de consommation des clients.

Un autre élément détermine votre choix : le besoin de conseil, d’accompagnement auprès des clients, surtout si vous vendez des produits technologiques pour lesquels la pédagogie est importante.

À noter : la vente en ligne se développe de plus en plus, aussi bien sur les marchés B2B que B2C. La mise en ligne de son offre permet aux différentes parties une plus grande réactivité d’achat et de livraison.

Cohérence des canaux avec son offre

Dior chez Lidl : un bon choix ? Pas vraiment ! Le canal de vente doit rester cohérent avec l’image de marque véhiculée.

Autre exemple : pour assurer la vente de produits périssables, il faut disposer d’un dispositif de transport frigorifié fiable, et privilégier un circuit de vente court.

Est-il judicieux de négocier une exclusivité auprès d’un distributeur si vous vendez des produits de grande consommation ?

Est-il préférable de rendre ses produits disponibles en ligne ?

Une présence de vos produits sur une marketplace va-t-elle nuire à la rentabilité de votre site e-commerce, ou au contraire, va-t-elle soutenir votre politique de distribution par un nouveau canal de vente ?

Étude de la concurrence

Quelle est l’offre de vos concurrents sur les canaux envisagés ?
Quelle est leur communication multicanal ?
Sont-ils absents d’un canal en particulier ? Pour quelles raisons ?
Faut-il envisager d’empreinter ce canal de vente ?

Étudier votre concurrence et sa présence sur les différents canaux de distribution vous permet d’observer la pertinence de ses actions et vous oblige à vous démarquer !

Évolution du mix-marketing

Vous connaissez certainement les fameux 4 P du marketing-mix : produit, place, prix et promotion.

Mais connaissez-vous les 4 nouveaux P du marketing définis dans cet article de Frédéric Cavazza ?

  • P comme People : pour placer les clients au centre mais aussi considérer ses employés comme des clients pour en tirer le meilleur.
  • P comme Purpose : il s’agit pour la marque ou l’entreprise d’exprimer son pourquoi, sa vocation, une vision claire sur son marché (autre que la recherche de bénéfices financiers !).
  • P comme Promise : il s’agit de la promesse unique de vente clairement exprimée, qui se différencie de celle de ses concurrents.
  • P comme Principles : c’est bien joli de dire qu’on a des valeurs, il faut savoir prouver son engagement, discours et actes doivent rester cohérents !

Cette approche réaliste doit faire évoluer votre vision du mix-marketing.
Résumé en image :

mix-marketing

© image : fredcavazza.net

Négociation des conditions

Les conditions commerciales sont toujours une affaire de négociation dans laquelle les deux parties doivent trouver un terrain d’entente gagnant-gagnant.

Il faut ainsi rester vigilant sur de nombreux aspects :

  • volume de produits commandés,
  • montant de la réduction accordée,
  • récurrence de la commande sur l’année,
  • montant de la marge réalisée,
  • délais de paiement,
  • garanties respectives par rapport aux engagements,
  • fidélité de la relation, etc.

Contrainte logistique

Quelles sont vos capacités à fournir la demande ?
De quelle surface de stockage disposez-vous ? Est-elle suffisante ?
Vos moyens de transport sont-ils en capacité de livrer en temps et en heure ?
Qui est chargé de mettre les produits dans les rayons ?

Réalité du budget

Des investissements sont nécessaires pour investir et rentabiliser les différents canaux de distribution.

Plusieurs critères définissent votre enveloppe budgétaire :

  • le coût de la prospection commerciale,
  • le budget marketing,
  • les coûts inhérents à la production et à la logistique.

Pour chaque canal envisagé, il est important de déterminer la nature de chaque dépense à engager afin d’estimer sa rentabilité.

 

Observer les différents modes de distribution

Parmi les modèles de distribution existant, lequel choisir ? Examinons les différents modes de distribution : ceci vous permet de définir quel modèle préférer en fonction de votre contexte.

les modes de distribution
© image : pascalkermarrec.com

La distribution intensive

L’objectif de ce mode de distribution indirecte est de rendre ses produits accessibles et disponibles au plus grand nombre. Les produits (ou services) sont ainsi délivrés dans un maximum de points de vente afin de multiplier les points de contact.

👉 La distribution intensive est conseillée pour des produits correspondant à une demande conséquente. C’est le cas par exemple des produits de grandes consommations que l’on peut retrouver dans les supermarchés, bureaux de tabac, stations-service, etc.

Avantages :

  • la couverture du marché est maximum,
  • l’exposition à la marque est omniprésente,
  • les occasions d’acheter sont multiples.

Inconvénients :

  • la multiplication des intermédiaires nécessite une gestion plus imposante et entraîne des coûts (logistique, marges intermédiaires, etc.),
  • le fabricant perd la main sur les prix, l’emplacement et l’encombrement dans les linéaires.

 

La distribution sélective

Pour certains produits, il est capital de sélectionner avec rigueur des distributeurs, afin de conserver une image de marque cohérente. Les structures de distribution peuvent également être amenées à être elles-mêmes formées, selon le degré de technicité du produit, afin de mieux conseiller le client final.

👉 La distribution sélective est une forme de distribution recommandée si vos produits occupent un positionnement précis sur le marché. C’est le cas notamment des parfums pour lesquels des magasins spécialisés viennent assurer la distribution, tels que Marionnaud et Sephora.

Avantages :

  • des partenariats avec des distributeurs triés sur le volet,
  • maîtrise de l’image de marque,
  • une argumentation commerciale cadrée.

Inconvénients :

  • l’accord des distributeurs sélectionnés n’est pas acquis d’avance,
  • le temps et le coût de formation des conseillers en points de vente.

 

La distribution exclusive

La distribution de la marque peut être accordée en exclusivité à certaines entreprises de distribution.
Le distributeur bénéficie de l’exclusivité des produits sur sa zone de chalandise.

En contrepartie, il s’engage la plupart du temps à respecter un certain niveau de services concernant les produits distribués et à ne pas distribuer certaines marques concurrentes.

👉 Ce processus de distribution exclusive est opportun pour les produits dont le prix de vente est généralement élevé et générant une marge profitable. Une production moindre est aussi un indicateur indiqué pour se diriger vers ce mode distribution.

Exemples : les produits haut de gamme, l’univers du luxe, les marques de cuisines en exclusivité chez les cuisinistes ou encore les concessions automobiles ne distribuant que certaines marques de véhicules.

Avantages :

  • une image de marque premium,
  • un plus grand investissement du distributeur dans le processus de vente,
  • l’éviction de la concurrence en points de vente,
  • la possibilité de vendre à des tarifs offrant une marge plus importante.

Inconvénients :

  • la concurrence est rude et les marques concurrentes peuvent « faire monter les enchères »,
  • l’exclusivité est une affaire de négociation et de compromis, cela a un coût.

 

La distribution en franchise

Nous avons déjà abordé ce mode distribution plus haut. Le franchiseur distribue ses produits via un réseau de franchisés. Chaque point de vente est une franchise qui profite d’un modèle économique et de prix négociés sur les produits, en reversant des droits pour l’utilisation des savoir-faire et de la marque.

👉 Cette méthode de distribution en franchise est très utilisée dans les secteurs de la grande distribution, du commerce alimentaire (exemples : Sushi Shop, Pizza Hut), de l’hôtellerie (exemple : Accor Hôtels) et de divers services.

Avantages :

  • le franchiseur partage les efforts financiers avec ses franchisés,
  • le franchisé bénéficie de la confiance générée par l’image de marque du franchiseur, en plus d’un business model éprouvé.

Inconvénients :

  • le franchiseur peut à terme devenir déconnecté de la réalité du terrain,
  • le franchisé a peu de pouvoir de décision et doit respecter un cahier des charges strict.

 

Définir sa stratégie de distribution

Les stratégies de distribution

© image : critizr.com

Différentes stratégies de distribution existent. Examinez maintenant les leviers pertinents pour distribuer vos produits en observant les stratégies qui s’offrent à vous.

 

La stratégie monocanal

Le principe est de distribuer ses produits au moyen d’un canal de vente unique. Le choix de ce type de distribution nécessite de bien connaître les usages des consommateurs. Une étude de marché est ainsi absolument indispensable : vous ne devez pas emprunter le mauvais canal au risque que votre offre ne rencontre pas la demande !

Il est également essentiel de prendre en compte les spécificités liées à chaque canal de vente :

  • une stratégie de communication adaptée à la vente en ligne et via les applications mobiles est de mise pour faire venir les acheteurs sur ce canal,
  • la place dans les rayons d’un commerce physique est stratégique pour générer des ventes,
  • la vente exclusive sur salons est par exemple à proscrire pendant la crise du COVID en 2020,
  • la vente privée entraîne une formation des ambassadeurs et un contact soutenu pour les challenger.

👉 Le mono-canal est aujourd’hui peu pratiqué en raison de la multiplicité des points de contacts et du don d’ubiquité du consommateur, aussi bien dans la vie réelle que sur les espaces virtuels.

 

La stratégie multicanal

Le principe de distribution multicanal consiste à permettre au client d’acheter via des canaux de vente différents.

👉 L’approche multicanal se distingue par le fait que les canaux commerciaux sont complètement indépendants et sans lien entre eux.

Le client choisit le canal qu’il préfère en fonction des options qui lui sont proposées.

La diversification des canaux dans le cadre d’une stratégie multicanal doit prendre en compte :

  • Une bonne connaissance des différents parcours d’achat afin de choisir les bons canaux de vente.
  • Comme chaque canal est isolé, il faut adapter l’argumentaire de vente à chaque canal.
  • L’organisation en termes de gestion des contacts selon le canal utilisé doit être bien huilée et permettre le croisement des données clients.
  • Organiser la distribution via différents canaux implique une bonne coordination pour centraliser un grand nombre d’informations : performance du canal, invendus, stock, réassort, etc.

 

La stratégie cross-canal

La complémentarité des canaux caractérise une stratégie cross-canal.

En effet, à l’inverse d’une stratégie de commerce multi-canal, le cross-canal offre beaucoup plus de confort au client.

Le consommateur peut notamment utiliser de multiples canaux de communication pour réaliser son achat :

  • ajouter des produits dans sa sélection via son smartphone ou sa tablette,
  • effectuer son achat sur un site e-commerce via son ordinateur,
  • recevoir un coupon de réduction ou un code de promotion par SMS,
  • choisir la date, l’heure et le lieu de livraison, à domicile, un retrait en magasin ou dans un relais-colis proche de chez lui.

👉 Le parcours du consommateur est fluidifié. Les différentes interactions possibles favorisent le processus d’achat et permettent d’installer plus facilement une relation client de confiance.

 

La stratégie omnicanal

L’omnicanal va encore plus loin que le cross-canal : une stratégie omnicanal vise à proposer une expérience client dite sans coutures.

Les canaux digitaux et canaux physiques sont unifiés afin d’offrir une expérience d’achat exceptionnelle sans aucune friction pour le consommateur.

Le parcours client est balisé pour permettre à l’acheteur d’utiliser simultanément plusieurs canaux : la décision d’achat est ainsi facilitée grâce à une cohérence fine entre les différents canaux de vente.

👉 Une stratégie omnicanal repose sur l’expérience produit délivrée via les différents canaux de distribution : le succès dépend de la cohérence et de la richesse des informations produits, ajoutée à celle des données telles que les photos et vidéos notamment.

 

Soigner l’expérience produit pour rendre ses canaux de vente compétitifs

De nombreuses enseignes soignent leur merchandising. C’est le début d’une expérience produit réussie : les produits sont mis en valeur en points de vente physiques. Examinons l’importance de cette expérience produit sur l’efficacité de tous les canaux de vente hors-ligne ou sur internet.

 

Fournir du contenu produit riche pour sublimer l’expérience client

L’expérience client commence par la rencontre avec le produit, généralement par une recherche sur internet. La marque n’a donc qu’une seule chance de faire la meilleure impression, et ce, sur tous les canaux de diffusion de l’offre produits.

La vidéo suivante dévoile les exigences du consommateur en matière d’informations produits à fournir, et vous explique ce qu’est un contenu produit riche :

👉 La richesse, la complétude et l’exactitude des informations fournies sur un produit sont ainsi devenues les conditions d’un canal de vente performant.

Fournir une expérience produit de qualité à ses clients présente de nombreux avantages :

  • une réduction des abandons de paniers d’achat sur les sites de vente en ligne,
  • une baisse considérable des retours produits coûteux,
  • une image de marque valorisée,
  • un accroissement de la fidélité,
  • la recommandation sociale,
  • l’accélération du time-to-market.

👉 Suggestion de lecture sur le sujet : Qu’est-ce que le Product Experience Management ou PXM ?

 

Utiliser les bons outils digitaux pour maîtriser la multiplication des canaux

Stratégie digitale oblige : les pure-players du e-commerce, retailers, acteurs de la grande distribution et fabricants deviennent de plus en plus connectés… tout comme leurs clients le sont !

Pour réussir leur stratégie marketing et rester dans la course, l’utilisation d’une plateforme de gestion des informations produits (PIM pour Product Information Management) s’impose.

Un logiciel PIM tel que Afineo leur permet de fournir une expérience produit exceptionnelle :

  • sur les canaux de distribution e-commerce,
  • sur les canaux de distribution à l’international,
  • sur les canaux de distribution direct et indirect,
  • dans les magasins physiques.

Choisissez votre canal de diffusion, la plateforme gère les flux de données :

choisir le bon canal de distribution

Comment ?
Voici le fonctionnement des outils digitaux réunis au cœur de la plateforme Afineo et leurs avantages en quelques mots :

  • gestion de toutes les informations produits et médias (photo, vidéos, etc.) au sein d’une seule et unique plateforme,
  • maintien d’une base de données à jour pour que tous les collaborateurs accèdent au même niveau d’information en temps réel,
  • fonctionnalités collaboratives augmentant la productivité,
  • génération de catalogues imprimés en mode automatique, PLV, stop rayon, etc.
  • outil d’import et d’export de flux pour faciliter la mise à jour de fiches produits e-commerce, ainsi que sur les marketplaces,
  • un module performance produit pour concevoir des opérations commerciales rentables et réduire le risque d’invendus,
  • cerise sur le gâteau : un intranet, ou plus précisément un portail fournisseurs pour accélérer et pérenniser la relation commerciale.

Gérez vos différents canaux de distribution avec le Pim Afineo :

les différents canaux de distribution gérés par le Pim Afineo

 

Bénéficier d’une satisfaction client et affirmer sa compétitivité

Ce sont les utilisateurs de la plateforme Afineo qui en parlent le mieux !

Florilège de témoignages :

Pour la mise en place de notre PIM « LMDB » (Lubricants Master Data Base), nous avons retenu la solution Afineo qui était, pour nous, la plus pertinente et dont les fonctionnalités en standard répondaient le mieux à nos besoins :

  • solution facile à mettre en place,
  • flexible, permettant de s’adapter à notre organisation et aux profils très variés de nos utilisateurs (du service marketing aux entités commerciales en passant par la technique, les opérationnels, tant au niveau du Siège que dans les filiales monde),
  • multilingue,
  • le tout associé à une équipe Afineo experte métier, réactive et à notre écoute.

Le fait que leur solution ait déjà fait ses preuves auprès de grandes entreprises gérant des quantités de références bien plus conséquentes que les nôtres a fini de nous convaincre.

Olivier MINARD, LMDB Product Owner / Total Lubrifiants

 

Le PIM Afineo nous permet de disposer de 63 000 fiches produits pour alimenter notre e-commerce en temps quasi-réel, soit bien plus que les sites CDiscount ou Amazon. C’est un atout indéniable sur notre marché où la concurrence est rude.

Marina Barret, directrice des systèmes d’informations chez JouéClub.

 

Le PIM se révèle être par ailleurs un véritable outil décisionnel en termes stratégiques : la solution permet de classer et d’analyser les données par produit, par date et par opération commerciale. Il y a de riches enseignements à tirer pour ajuster sa force de frappe marketing en conséquence, et ce, en fonction des canaux de vente et de la saisonnalité.

Vincent Stozicky, directeur commercial import/export chez JouéClub.

 

Vous souhaitez exploiter tout le potentiel de vos canaux de vente ?
Demandez une démonstration de la plateforme Afineo : découvrez comment élargir le champ des possibles en termes d’expérience produit et de performances de ventes !